dimanche 26 décembre 2010

Les visages, Jesse Kellerman

Présentation de l'éditeur :
Lorsque Ethan Muller, propriétaire d'une galerie, met la main sur une série de dessins d'une qualité exceptionnelle, il sait qu'il va enfin pouvoir se faire un nom dans l'univers impitoyable des marchands d'art. Leur mystérieux auteur, Victor Crack, a disparu corps et âme, après avoir vécu reclus près de quarante ans à New York dans un appartement miteux. Dès que les dessins sont rendus publics, la critique est unanime : c'est le travail d'un génie. La mécanique se dérègle le jour où un flic à la retraite reconnaît sur certains portraits les visages d'enfants victimes, des années plus tôt, d'un mystérieux tueur en série. Ethan se lance alors dans une enquête qui va bien vite virer à l'obsession. C'est le début d'une spirale infernale à l'intensité dramatique et au coup de théâtre final dignes des plus grands thrillers. Bien loin des polars calibrés habituels, Jesse Kellerman, styliste hors pair, nous offre ici un roman d'une indéniable qualité littéraire qui, doublée d'une intrigue machiavélique, place d'emblée le livre au niveau des plus grandes réussites du genre, tels Mystic River, de Dennis Lehane, ou L'Analyste, de John Katzenbach.


Moi : Je dois dire, qu'á mon avis, la quatrième de couverture est un peu trompeuse. Je ne sais pas dans quel genre je dois le classer car pour moi c'est loin d'être un policier, polar, thriller.
Certes nous avons Ethan Muller, marchand d'art, propriétaire de sa propre gallerie, en froid avec son père, et pas trop en touche avec le reste de sa famille. Le bras droit de son père le contacte vis à vis d'une découverte qu'il fait. Ethan n'en croit pas ses yeux et n'a jamais vu un tel travail. Le seul hic c'est comment exposer - même s'il n'y a plus de trace de l'artiste ce n'est pas grave. Les médias en parlent ce qu'il lui fait une bonne publicité. Mais cela éveille la curiosité d'un policer à la retraite qui pense reconnaitre certains portraits d'enfants assassinés une trentaine, quarantaine années plus tôt .
Malgré que Ethan cherche à se créer une carapace concernant son "nouveau" protégé, lui même commence par être curieux à savoir si l'artiste Victor avait quelques chose à voir avec ces meurtres ou non. Ethan commence à se détacher tout doucement du travail que lui demande sa galerie pour poursuivre ses recherches à trouver la trace de Victor Crack...


J'ai trouvé le rythme assez lent, cela traine sur certains sujets. Je n'ai pas été happé comme je l'aurais cru suite à la quatrième couverture. Heureusement que d'un certain coté il y a ces quelques interludes qui on comprendra rapidement aura un lien avec la famille de l'un des personnages...
Sauf peut-être que c'est moi qui n'est pas compris l'histoire en elle-même.

7 commentaires:

Thierry Guinhut a dit…

Bonjour,
Intéressé par votre texte sur Les Visages de Kellerman, je vous suggère d'aller lire le mien:
http://thierry-guinhut-litteratures.over-blog.com/article-jesse-kellerman-les-visages-65353880.html
Cordialement T Guinhut

Perséphone a dit…

Bonjour,

C'est vraiment étrange, je viens de le finir et je suis aussi en train d'en faire une critique sur mon blog et je suis tombée sur le votre. Nous avons exactement le même avis. La quatrième de couverture est mal faite et trompe le lecteur sur le contenu du roman. A croire que celui qui l'a faite n'a pas lu le livre.

Je ne crois pas que vous n'ayez pas compris l'histoire, elle est juste lente et peu attrayante.

Bien à vous

Perséphone

Marie-ca a dit…

Bonjour,
je viens de finir le livre....mais je n'ai pas compris le sens de la dernière phrase...quand Ethan dit "papa?" s'adresse t'il à David ou à V. ? si c'est à V. alors je n'ai rien suivi au livre et si c'est à David alors la fin est juste...décevante...
merci !

Nini a dit…

Merci Perséphone pour ton message. Ca me rassure :)

Marie-ca @ Pour moi il s'adressait à David...et comme toi, j'ai trouvé la fin décevante.

Zip a dit…

Alors moi, je conseille énormément !!!
J'ai beaucoup ri malgré l'intrigue pesante et parfois même dérangeante. Mais le style est tellement impressionnant par sa simplicité, son humour et une analyse des émotions que même les drames de ce polar donnent envie d'aller plus loin, d'accompagner Jesse Kellerman jusqu'au bout (en très peu de temps, tellement on n'a plus envie de lâcher le bouquin)
Je ne connaissais pas l'écrivain, mais c'est un vrai style d'homme, avec un humour masculin et une impressionnante faculté à l'auto-dérision, un chef d'oeuvre pour moi !!

dasola a dit…

Bonsoir Nini, j'ai adoré ce roman qui n'est pas vraiment un "thriller". C'est plutôt une saga familiale avec des non-dits, des secrets. On s'attache aux personnages. J'attends avec intérêt un autre roman de cet écrivain. Bonne soirée.

Anonyme a dit…

Salut,Ce livre a été une découverte pour moi. Je ne connaissais pas l'auteur et donc je ne savais pas à quoi m'attendre. J'ai été agréablement surprise. C'est une histoire passionnante qui se lit d'une traite et dont la fin est inattendu. J'ai adoré. C'est un très bon livre que je recommande.

 
Header image by sabrinaeras @ Flickr